Réinventons Paris 1 avec Christine Neau-Leduc, les formations et la pédagogie

Les formations et la pédagogie, cela concerne les composantes et les services (UFR, Instituts, FCPS, DDL) qui en sont chargés ; à ce niveau s’effectuent la création et le renouvellement de nos enseignements en ayant l’impératif permanent de l’adossement à la recherche, qui constitue la marque de fabrique de l’université.

Paris 1 dispose d’une offre de formation de grande qualité, reconnue tant par nos évaluateurs (HCERES) que par les étudiants, qui sont nombreux à postuler dans nos filières.

Nous voulons donc mettre en valeur ce qui existe, soutenir et faciliter les initiatives par des outils centraux (locaux, usages numériques, langues…) et favoriser des synergies internes (interdisciplinarité) et externes (UNA Europa, Sorbonne Alliance…). A ce titre, la CFVU doit jouer pleinement son rôle : valider les règles communes, examiner les projets et évaluer les formations. Elle doit aussi davantage débattre des questions stratégiques liées à la pédagogie.

Les listes Réinventions Paris 1 sont absolument attachées à la liberté pédagogique des composantes et des enseignants. Nous ne chercherons pas à imposer, mais à expérimenter, à évaluer et à promouvoir des pratiques innovantes.

Les éléments transversaux que nous souhaitons approfondir concernent :

  • Les formations interdisciplinaires en cherchant à « filer » les doubles licences par des prolongements plus légers en master, en créant des masters adossés à plusieurs disciplines (par exemple « développement durable »). UNA Europa et Sorbonne Alliance peuvent encore enrichir cette interdisciplinarité.
  • Le développement de la place des « langues étrangères » : l’enseignement disciplinaire en langue étrangère, le développement du français langue étrangère (FLE), la mise en place de modules numériques de formation et le passage de certification.
  • La consolidation et le développement de nos formations en apprentissage et en formation professionnelle, de la licence au master, en associant initiative des composantes, soutien des services centraux et règles communes de transparence.
  • Les modalités d’évaluation des étudiants en favorisant et en évaluant des expérimentations allégeant la charge des examens sans sacrifier l’excellence des diplômes : travail sur projet, notes de synthèses, journal d’apprentissage, examen en ligne, tirage au sort d’épreuves…
  • La « respiration » du parcours des étudiants avec un meilleur accompagnement et suivi des césures et la possibilité de créer, pour les UFR qui le souhaitent, de nouvelles modalités de césure.

Les épisodes de la crise sanitaire ont mis à rude épreuve nos méthodes d’enseignements en partie inadaptées à un enseignement distanciel ou hybride. Rien ne peut remplacer les échanges directs présentiels entre un enseignant et les étudiants ou ceux parmi les étudiants d’une même promotion. Grâce au travail exceptionnel de la DSIUN, nous avons aussi pu constater que les usages numériques pouvaient transformer notre pédagogie. Pour favoriser et organiser ces usages en coordination avec la DSIUN, nous proposons qu’une commission consultative de l’innovation pédagogique soit mise en place au sein de la CFVU. Les directions à explorer concernent :

  • La captation de cours en ligne, le développement de tutoriels
  • La mise en place de documents et d’outils interactifs (clavardage, boîtiers de vote, tablette d’écriture, capsules...)
  • Le développement de la pédagogie inversée.

Elles ne peuvent se concrétiser que si nous sommes capables de tenir compte de ces nouvelles missions dans la définition du service d’un enseignant.

Réinventer notre pédagogie consiste à mieux articuler la dimension verticale de nos enseignements (celle qui part de l’enseignant vers l’étudiant), qui peut s’appuyer sur le numérique, et sa dimension horizontale, qui résulte des interactions plus ou moins formelles crées seulement en présentiel. Concilier ces deux dimensions, c’est aussi repenser nos locaux et leurs usages si liés au modèle Amphi-Salles de TD. Nous proposons ainsi :

  • De maintenir l’effort effectué ces derniers mois pour équiper les salles en matériel numérique et de captation.
  • De dédoubler des salles de TD pour des ateliers et des espaces de travail collaboratif.
  • D’affecter des salles à des heures de réception sur le modèle des « office hours » anglo-saxons ou des « ricevimento » italiens.
  • De mettre en avant quelques cours magistraux dans des grands amphis illustrant une forme de solennité et de promotion de la création universitaire.

Nous sommes convaincus que ces innovations ne peuvent venir que des équipes enseignantes. Encore une fois, il ne s’agit pas d’imposer ; le principe de la liberté pédagogique ne peut être remise en cause.

REINVENTONS PARIS 1

Pour une université ouverte, collégiale et solidaire

Réinventons Paris 1
Ensemble